Internet n’est pas un espace de non-droit (Interview Mutations)

Danielle Ibohn, bloggeuse et activiste des réseaux sociaux, elle invite les utilisateurs à plus de rigueur.

Mon interview pour le Quotidien Mutations…

 

 

  • En tant que bloggeuse, qu’avez-vous ressentie lorsque des personnalités se sont offusquées contre les blogueurs pour avoir « désinformé » l’opinion à propos du déraillement qui a fait des morts à Eséka le 21 octobre dernier ? On ne peut pas s’offusquer sur une pratique qui n’est pas préalablement bien définie et comprise par son interlocuteur. Un utilisateur des réseaux sociaux n’est en aucun cas un blogueur. Par méconnaissance , et par abus de langage, des choses ont été dites.  S’il est vrai que le traitement de l’information suit un processus. La part belle du blogueur est de suivre cette dynamique. C’est une méconnaissance de l’environnement digital. Il y a pas lieu de parler de blogueur, puisqu’à l’origine, la définition et la pratique du blogging n’est pas comprise.
  • A votre avis, quelles pourrait être la conséquence des restrictions des libertés sur les réseaux sociaux par le gouvernement ? Il est clair que les utilisateurs des réseaux sociaux, doivent suivre une formation sur la diffusion de l’information. Aujourd’hui avec les technologies nouvelles, tout le monde est acteur de l’espace public. Mais engager des restrictions peuvent dissuader des dérives. On n’a pas la liberté de tout dire, mais le devoir de savoir quelle est la portée de nos dires.
  • Certains pensent que les Camerounais n’utilisent pas véritablement les réseaux sociaux à bon escient. Qu’en dites-vous ? Effectivement, c’est un fait. Les réseaux sociaux est le nouvel espace public. Tout le monde se sent libre de s’exprimer (ce qui est une bonne chose), mais il y a des règles à suivre, des mécanismes dans la diffusion d’une information: dévoiler sa source et donner des arguments pertinents.
  • L’espace Internet est souvent présenté par des activistes du web comme une zone de non-droit et donc exempt de toute restriction juridique. Est-ce un avis que vous partagez ? Internet n’est pas un espace de non-droit. Il y a des règles à suivre, des process. Les faits doivent être avérés, les sources. C’est un espace public régit par des règles comme tous les autres. Je suis d’accord d’avoir une police. C’est pas un fait un nouveau. Bon, nombre de pays sont passés par là. La cybercriminalité sur toute ses formes (passant par l’usurpation d’identité, fausse rumeur, escroquerie) est le mal de ce siècle. Ce n’est pas un espace de non-droit.

Monique Ngo Mayag

Journaliste-Reporter